Revolución o Guerra n°4

(Septiembre 2015)

PDF - 902.4 KB
Aviso : No pudimos hacer verificar los artículos de este numéro de la revista en español por compañeros de idioma castellano lo cual puede dificultar su lectura y, peor aún, provocar errores políticas. En tal caso, llamamos nuestros lectores a que se refieren a las versiones inglesa y francesa.

InicioVersión para imprimir de este documento Versión imprimir

Luchas obreras en el mundo (extractos de las versiones inglesa y francesa)

En esta rubrica sobre la situación, trataremos principalmente la cuestión de la lucha de clases y dejaremos de lado el seguimiento y el analisis de la crisis económica del capital y de las rivalidades y guerras imperialistas. De los tres factores principales que determinan la situación histórica mundial de la sociedad capitalista, la dimensión lucha de clases es la que plantea más cuestiones y dudas. En efecto, pocas personas siguen con ilusiones sobre un alto de la caida del capitalismo en la crisis y en las guerras imperialistas. Los políticos, los medios de communicación, los propagandistas e ideologos burgueses ni siquiera intentan anunciarnos mejoras y futuro feliz. Los retos y enfrentamientos ideológicos y políticos sobre estas dos cuestiones ya no son, al menos por ahora, al primer plano. Por el contrario, la dimensión lucha de clases, o sea los ataques económicos y políticos de la clase capitalista y sobre todo las reacciones del proletariado internacional, es la cuestión central tan del punto de vista histórico por supuesto, en última instancia, es el proletariado quien tiene las llaves de la situación, pero también del punto de vista inmediato alrededor de la conciencia y confianza en su fuerza y sus luchas. La burguesía hace todo lo posible para pasar por silencio las luchas obreras censurándolas ; y cuando no puede más, distorsiona su realidad y sentido. Además de la disminución de la confianza de los trabajadores en sus proprias fuerzas como clase social, esta política burguesa sistemática y generalizada tiene como consecuencia el influir de manera negativa las fracciones las más combativas de la clase obrera incluso los individuos y grupos políticos revolucionarios que, a menudo, llegan también ellos-mismos a dudar de la capacidad del proletariado para oponerse al capitalismo hoy en día. Entonces, para nosotros, no solamente se trata de emprender un combate contra la censura y las mentiras de la burguesía sobre las luchas obreras pero también un combate político en el seno de campo proletario y revolucionario con miras a luchar contra un tipo de derrotismo, o por lo menos de escepticismo, entre los revolucionatios y grupos comunistas. Tal es el objeto de los artículos a continuación y del debate que llevamos a partir de la correspondancia de un compañero.

Luchas obreras en el mundo (extractos)

Publicamos regularmente en la revista un informe de las luchas en el mundo. Nuestra meta no es contabilizarlas (son demasiadas) pero más bien de presentar una lista de las más significativas y a la vez de oponerse a la censura más y más fuerte de los medios de comunicación. Queremos dar cuenta de la evolución de las luchas obreras. Por lo que toca a las huelgas salvajes : el valor de las huelgas salvajes en un país como China (donde todas las huelgas son “salvajes” por ser ilegales) no es igual que en países de los centros históricos del capitalismo como España con una tradición democrática fuerte y vieja. En los úlitmos meses, cabe reconocer una tendencia real de resistencia a las medidas de crisis del capitalismo hacia confrontaciones masivas de clase.

« Quiere decir que puede salir “victorioso” de las confrontaciones masivas que empiezan y que la burguesía internacional toma la iniciativa de entablar. Sacar “victorioso” de esta fase significa para la clase revolucionaria que logrará bloquear los proyectos de miseria y de guerra generalizadas de la burguesía y que así creerá las condiciones para la apertura de un periodo revolucionario. Si hasta ahora, cuando lucha, se mantiene sobre su terreno de clase, no es menos cierto que hasta la fecha no sucede a hacer retroceder los ataques económicos que está sufriendo (tampoco el desarrollo de medidas de represión anti-obreras tan en la calle como en los lugares de trabajo). Esta debilidad radica por lo esencial no en su voluntad de lucha y de resistencia sino en su incapacidad para alzar su combate al nivel político ; o sea para asumir la confrontación política por el liderazgo de sus luchas contra las fuerzas sindicales y políticas de izquierda principalmente que los obstaculizan y los sabotean [1] ». Las huelgas de la Telefónica en España y de Bursa en Turquía son ejemplos que muestran que la clase obrera puede dirigir sus luchas de resistencia.

Luchas fuera del marco sindical a diferentes niveles

España : Decenas de miles de obreros trabajando para los subcontradores de la Telefónica, el operador histórico de los telecoms en España, han sido en huelga ilimitada a partir del 7 de abril en todo el país. La huelga fuera de los sindicatos empezo en Madrid el 28 de marzo. Como en Turquía, estos obreros lograron organizarse sin sindicato que hace todo para sabotear sus luchas (vead el artículo Acerca de la huelga ilimitada de los trabajadores de la Telefónica-Movistar en las páginas siguientes).

Por otra parte, decenas de miles de personas manifestaron el 21 de marzo en Madrid en una “ marcha para la dignidad ” para denunciar las consecuencias de la austeridad. “ Pan, trabajo, techo y dignidad ” se podía leer en las pancartas que llevaban los manifestantes.

Turquía : El domingo 17 de mayo 2015, unos 5000 obreros de la fabrica de la empresa de coches francesa Renault de Bursa (Norte-Este de Turquía) dejaron el trabajo para exigir una alza de sus salarios. Los obreros iniciaron su movimiento en la noche de jueves a viernes y centenares se reagruparon el viernes todo el día frente a la fabrica con eslóganes hostiles a la dirección y a los sindicatos. Como en España, es otra huelga importante fuera del encuadramiento sindical. La producción de la fabrica fue suspendida según la Renault Turquía. Los huelgistas explicaron haberse puesto en huelga para lograr de la dirección de la empresa una alza de 60% de sus salarios. La huelga se extendió a otras fabricas de Bursa y en el centro industrial de Izmit. La constitución de “ consejos obreros ” (en realidad comités de huelga) les ha permitido oponerse al sabotaje de la lucha por el sindicato y de ampliarla hacia otras fabricas. (Se puede ver el artículo en francés Luttes ouvrières en Turquie. « Nous ne voulons pas de syndicats, nous avons mis sur pied des conseils ouvriers ». http://www.leftcom.org/fr/articles/2015-06-01/luttes-ouvrières-en-turquie-«-nous-ne-voulons-pas-de-syndicats-nous-avons-mis o inglés Auto struggles in Turkey: ’We don’t want any unions. We have set up workers councils’, http://www.leftcom.org/en/articles/2015-05-19/auto-struggles-in-turkey-we-don-t-want-any-unions-we-have-set-up-workers).

[Aquí por falta de fuerzas y de tiempo, dejamos – tal vez de manera temporal – la traducción de este artículo. A continuación dejamos su versión francesa para que el lector español, aun cuando no podría entenderlo, pueda referirse a los lugares y países así como al numero de luchas obreras de estos últimos meses]

Italie : Fin février, des ouvriers de l’usine Fiat de Sata Melfi, province de Potenza, ont accueilli les représentants syndicaux avec des huées et des insultes (parias). Ceux-ci avaient négocié de nouveaux accords sur les équipes de travail sur la ligne de montage. De même le 25 mars, des ouvriers de Continental ont contesté le secrétaire syndical de la FIOM (CGIL) durant l’assemblée syndicale. On ne peut prétendre reconquérir quoique se soit avec de sporadiques manifestations et grèves nationales si, sur le lieu de travail on adopte une politique de capitulation continuelle disaient les ouvriers.

Brésil : Des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de São Paulo, le 27 mars, à l’appui d’une grève en cours par les enseignants. Le 7 avril, une journée de protestation axée contre un projet de loi favorisant l’embauche flexible a été convoquée par les syndicats et les organisations de gauche. Elle a eu lieu dans au moins 10 États et s’est terminée avec huit personnes blessées et quatre arrêtées dans la capitale, Brasilia, où il y avait une bataille rangée entre les manifestants et la police.

Des milliers d’ouvriers travaillant sur les chantiers des futures infrastructures des Jeux Olympiques de Rio, se sont mis en grève, le 19 mai, revendiquant une augmentation de leur salaire. Les chantiers du stade Engenhao, du complexe Deodoro, de l’aéroport international du Galeao, du port et ceux de la ligne sud du métro et de la route trans-olympique ont été paralysés à 70%. Toutes ces manifestations antigouvernementales à l’échelle nationale ont attiré l’attention internationale dont le Comité olympique international (COI). À la Mercedes-Benz, une large majorité des 10 000 salariés s’est opposée à une réduction de 20% de la journée de travail combinée avec une réduction de 10% du salaire, malgré la position du syndicat. Les prolétaires brésiliens commencent péniblement à se libérer de l’emprise des syndicats et des organisations de gauche qui ont soutenu l’élection du parti des travailleurs de Lula et autres.

Canada : Une vingtaine de Cegeps [2] de la province de Québec ont débrayé illégalement le 1er mai contre les mesures d’austérité malgré l’opposition des directions syndicales de la province. En mars quelques milliers de personnes, en majorité des étudiants, avaient manifesté le 21 mars après-midi à Montréal contre les mesures d’austérité du gouvernement provincial. Les luttes au Canada sont encore fortement encadrées par les syndicats qui les divisent secteur par secteur et province par province.

Israël : Pour montrer leur opposition à la privatisation, deux des plus gros ports dont Haïfa, ont été fermés à la fin mai pendant deux jours par les dockers malgré l’opposition syndicale. Ils ont défié un ordre de la cour. Ils sont retournés au travail après que le gouvernement eut décrété un état d’urgence et des mesures drastiques.

Augmentation des luttes et des grèves par rapport à 2014 et manifestations significatives

Royaume-Uni : Des dizaines de milliers de personnes - jusqu’à 250 000 - ont manifesté samedi le 20 juin à Londres contre l’austérité. Les syndicats se sentent obligés d’organiser de telles manifestations pour encadrer, dévier et calmer la colère ouvrière croissante.

Russie : La majorité des grèves sont spontanées et illégales. Le nombre de grèves et de piquets étaient de 273 en 2014, en 2015, le nombre va battre tous les records et pourrait atteindre jusqu’à 400. 2/3 des protestations sont liées à des retards de salaires et à des non-paiements. La deuxième raison - les licenciements et la réduction des effectifs.

Allemagne : Entre janvier et fin mai, on a compté 350 000 jours de grève selon la fondation Hans-Böckler, proche des syndicats, contre 392 000 pour l’ensemble de l’année 2014. L’institut IW, proche du patronat, table, lui, sur 500 000 jours de grève sur le premier semestre 2015, un record depuis 1993. Crèches, hôpitaux, distribution, poste, trains, transports aériens, etc. sont touchés mais toujours encadrés par les syndicats.

Chine : Au cours des cinq premiers mois de 2015, il y avait le triple du nombre de grèves que dans la même période en 2014. Toute ces grèves étaient en dehors du cadre syndical et illégales.

France : Le 23 juin, les forces de l’ordre attaquent la grève des marins de MyFerryLink. Ces forces de l’ordre, nombreuses à Calais en raison de l’important dispositif de surveillance dirigé contre les 3000 migrants, s’en sont violemment pris aux marins. Les marins s’étaient mobilisés contre la menace du transfert par la société Eurotunnel de deux de leurs trois bateaux vers leur concurrent danois. Voir Of Migrants and Mariners: What’s Really Going On in Calais? http://www.leftcom.org/en/articles/2015-08-02/of-migrants-and-mariners-what’s-really-going-on-in-calais Par ailleurs il y a eu 750 grèves en France seulement pour les six semaines couvrant le mois de juin et les deux premières de juillet. Tout comme en Allemagne, Italie et autres ces luttes sont fortement encadrés syndicalement et sont localisées.

Bosnie-Herzégovine : Le 30 juillet, des manifestants ont détruit les barrages policiers protégeant le bâtiment du parlement. Une délégation des manifestants réunis devant le parlement, où était en cours le débat sur le projet de nouvelle loi sur le travail, a porté un message aux parlementaires : « vous avez 15 minutes pour annoncer le retrait du projet sinon on procédera aux nouvelles actions ». Des délégations d’ouvrières et d’ouvriers sont arrivées de Republika Srpska (l’entité serbe de Bosnie-Herzégovine) avec le message que la solidarité ouvrière dépasse les divisions nationalistes et religieuses que les pouvoirs de tous bords essayent de leur imposer.

Grèce : Des milliers de personnes ont manifesté le 15 juillet dans toute la Grèce alors que le parlement grec s’apprêtait à voter l’accord avec les créanciers. A la Place Syntagma, devant le parlement, la manifestation a tourné à l’émeute dans la soirée, quarante manifestants ont été arrêtés. (Voir l’article Merkel, Hollande, Tsipras, Obama... Chacun utilise la démocratie bourgeoise, à sa manière, contre le prolétariat page1).

Cambodge : Sur la période janvier-mars, l’association cambodgienne des manufactures textile (GMCA) a annoncé avoir dénombré 40 grèves majeures, soit 74 % de plus qu’un an plus tôt. Des mouvements dont l’ampleur croissante n’est pas sans lien avec une répression toujours plus violente.

Islande : Un pays capitaliste comme les autres malgré ce que prétendent certains gauchistes car des milliers de prolétaires ont participé à des vagues de grèves au printemps pour une augmentation du salaire minimum. Ils ont obtenu une augmentation du salaire minimum de 30% sur trois ans.

Iraq : Manifestation des travailleurs et blocage de la circulation le lundi 9 février 2015 devant le ministère des finances à Bagdad pour le paiement des salaires. Même en subissant l’action des terroristes presqu’à chaque jour, des prolétaires ne cessent de défendre leur intérêt de classe.

Afrique du Sud : La hausse des prix de l‘électricité par l’entreprise d’Etat Eskom a mis le feu aux poudres à l’approche de l’hiver au début mai à Soweto. Plusieurs centaines de personnes ont manifesté leur colère dans le township de la banlieue de Johannesburg. Aux pneus incendiés et jets de pierre, la police a répondu par des tirs de balles en caoutchouc.

Portugal : Le 13 mars 2015: Hôpitaux, écoles, centres de Sécurité sociale et tribunaux tournaient au ralenti en raison d’une grève de 24 heures menée par des fonctionnaires exaspérés par quatre ans de rigueur budgétaire. Depuis mi-avril, le Portugal est confronté à un important mouvement de grève dans les transports. Les salariés protestent contre les privatisations dans ce secteur décidé par le gouvernement Fectrans.

Ukraine : Kiev: le 22 avril 2015, des centaines de mineurs ont affronté la police anti-émeute près du palais présidentiel. Les mineurs ont franchi le premier cordon de police dans la Rue Bankova qui mène directement au bâtiment de l’Administration présidentielle. Ils exigeaient le paiement de leur salaire, protestant contre les licenciements et les fermetures de mines. Par ailleurs, le 22 mai des affrontements ont été signalé dans le centre de Kiev, où des foules de manifestants se sont mobilisés contre la crise économique et la flambée des coûts des prêts privés. Selon des médias locaux, plusieurs personnes ont tenté de pénétrer dans le parlement ukrainien.

Iran : Une vague de protestations a balayé l’Iran en février pendant une dizaine de jours. Les protestations se concentraient sur les revendications des travailleurs, des augmentations de salaire pour suivre le rythme croissant de l’inflation, le paiement des arriérés de salaires, et d’autres questions comme les mises à pied et le non-renouvellement des contrats de travail.

Arménie : Mercredi le 23 juin, plus de 9000 personnes étaient rassemblées dans le centre de la capitale arménienne, chantant «Nous sommes les maîtres de notre pays» et affichant leur résolution à maintenir la pression sur le gouvernement du président Serge Sarkissian jusqu’à ce qu’il revienne sur sa décision d’augmenter les tarifs de l’électricité. Jeudi soir, environ 12000 protestataires se sont regroupés devant le Liberty Square d’Erevan, pour la plus importante manifestation antigouvernementale depuis des années.

Normand, Julio 2015

Inicio


Notas:

[2. Établissements d’enseignement collégial public où sont offertes des formations techniques et préuniversitaires.